Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La vie à l'internat

Publié le par CDI - LARPS

L’INTERNAT EN GENERAL

            L’internat accueille plus de 180 personnes pour toute une année scolaire, des étudiants allant de la 4éme jusqu’ au Bac Professionnel.

            Des activités sont proposées pour leur rendre la vie moins dure car les élèves restent la semaine entière ici.

            Dans le cadre d’un cours nous avons interviewé des élèves de classes différentes et des surveillants. Voici le résultat de notre travail.

Les élèves internes viennent de toute l’Aquitaine (Bordeaux, Bayonne, Villeneuve-sur-lot, Mont de Marsan, Tarbes …) voir même d’autres départements proches (Ariège). Les anciens élèves trouvent que la vie à l’internat a changé depuis leur arrivée. La majorité des élèves interrogés trouvent le règlement plutôt sévère.

 

 

L’INTEGRATION A L’INTERNAT

 

La grande majorité des élèves s’intègre facilement à l’internat. Pour les anciens élèves les premières nuits se passent assez bien, alors que chez les nouveaux elles sont souvent agitées. Les élèves sont entre 3 et 5 par chambre sauf pour certains garçons qui sont dans un dortoir de 11 places. Les élèves peuvent changer de chambre selon leurs âges ou leur affinités.

Pour les élèves, tous se passe bien dans la chambre, ils y passent de bons moments. Certains trouvent qu’ils n’ont pas assez de temps le matin pour se préparer. La seule chose qu’ils regrettent en général, ce sont leurs animaux et leurs parents.

 

LES ACTIVITES DE L’INTERNAT

 

Sont proposées aux élèves diverses activités le soir ou le mercredi après midi.

Ils peuvent faire du bowling, patinoire, ski, initiation à l’escalade, quartier libre dans Mauléon pour les BEPA 1 jusqu’au BAC Pro…

 

LES SURVEILLANTS 

 

 

 

Les surveillants travaillent ici minimum depuis 5 ans. Ils démarrent leur journée tôt et finissent tard le soir car ils doivent être présents en cas de besoin auprès des élèves. Cela est difficile à gérer parfois mais c’est une question d’habitude. En cas d’accident, le surveillant prend en charge le blessé ou le malade grâce à son brevet de secourisme (A.F.P.S.). Dans le pire des cas, il appelle le 15 et prévient le directeur qui lui se charge de prévenir les parents.

Les surveillants passent de bons de moments avec les élèves et gardent contact.

Publié dans internat

Partager cet article

Repost 0

Elevage Canin et félin à Barcus

Publié le par CDI - LARPS

Visite de la Bouclaine à Barcus, élevage de chèvres angoras.

Partager cet article

Repost 0

Le Rugby Féminin

Publié le par CDI - LARPS

Cinq filles du lycée ont découvert le rugby par l’intermédiaire de leur petit copain, la télé ou d’un club masculin des environs. Elles ont choisi ce sport car c’est un sport d’équipe, elles peuvent se défouler, il y a une bonne ambiance, il y a du contact, des accrochages, elles peuvent se surpasser. Les cadettes, Fabienne et Pascaline, jouent à l’US Menditte tout comme Marine, Nina et Sophie qui jouent en Seniors. Elles s ‘entraînent le mardi soir de 19h à 20h30, des fois le jeudi mais sans entraîneur et le samedi matin de 10h30 à 12h00 : étirements, passes, plaquages, technique et à la fin petit match. Les déplacements se passent à Lons, tous les dimanches une fois sur deux à l’extérieur. Le plus loin était à Périgueux. C’est un sport d’équipe intéressant car il y a une bonne ambiance, ça défoule et permet de ne penser à rien d’autre. Ce sport est conçu pour les filles qui aiment bouger, il ne faut pas avoir peur du contact. Il faut avoir du tempérament, il ne faut pas avoir peur de foncer et il n’y pas plus de risques que dans un autre sport. Les portes sont ouvertes à toutes les filles volontaires.  
 

Publié dans Réflexions diverses

Partager cet article

Repost 0

L'intégration des 4èmes

Publié le par CDI - LARPS

Beaucoup d'internes viennent dans ce lycée pour pouvoir faire un BEPA élevage canin et félin (ECF).

La plupart veulent faire maître chien.  

La séparation avec les parents apparemment se passe très bien pour les élèves.  

Ils se sentent à l’aise avec les autres élèves, ils n’évoquent aucun problème avec les plus âgés.  

Les 4° trouvent qu’il y a du changement en ce qui concerne les cours par rapport à leur ancien collège : équitation, éducation socioculturelle, éducation à la santé,…sont des matières nouvelles.  

Ils aiment surtout l’équitation, l’éducation à la santé et l’animalerie. Mais il y a aussi le fait d’être interne qui change.  

L’intégration se passe bien.  

Ils aiment beaucoup les activités du mercredi après-midi car elles sont intéressantes et car ce sont  des activités qu’ils n’ont pas l’occasion de pratiquer souvent.  

Certains demi-pensionnaires veulent faire un BEPA CPA (Conduite et production agricole). Pour eux tout est plus simple, ils rentrent chez eux le soir et ne restent pas à l’internat. 

                                                                       les éléves de 3èmes

Publié dans Réflexions diverses

Partager cet article

Repost 0

Journée inoubliable

Publié le par CDI - LARPS

Le mardi 16 octobre la classe de Terminale Service Aux Personnes a accueilli une dizaine de personnes âgées et une classe de 15 élèves de 3 ème de Saint-François, durant toute la matinée de 9 h30 à 12h30.Le but était de créer un dialogue entre les personnes âgées et les jeunes.
Nous avons initié les personnes âgées au blog et nous avons réalisé des interviews avec elles sur leur vie, leur métier, leurs loisirs.
Durant l’après-midi nous sommes allés à la rencontre des personnes âgées de la maison de retraite et des enfants de l’école primaire Jeanne d’arc de Mauléon.
Cette journée nous a apporté des échanges parfois émouvants. Cela nous a permis de mieux connaître les personnes âgées.

 

Partager cet article

Repost 0

Visites pour les secondes VAC

Publié le par CDI - LARPS

 Les secondes BEP Vente d'Animaux de Compagnie ont visité le zoo d'Asson.

L'après midi ils se sont rendus au tout nouveau magasin Baobab de Pau Lescar.

Partager cet article

Repost 0

Filière Elevage Canin et Félin

Publié le par CDI - LARPS

 

Dimanche 7 Octobre

Des élèves de la filière élevage Canin et Félin ont participé à l'exposition canine qui se déroulait à Anglet.

Partager cet article

Repost 0

MIL MONTAGNE

Publié le par CDI - LARPS

 

Dans le cadre du MIL montagne des élèves de seconde et de terminale CPA (Conduite de Production Agricole) sont partis découvrir la Haute Montagne.
Cette sortie s’est déroulée sur deux jours, les 17 et 18 septembre 2007, dans les Hautes-Pyrénées où le berger du lycée Jean Christophe BEVIERE était en estive avec son troupeau.
Voici le programme de ces deux journées :
 
Lundi 17 septembre – le matin :
 
Visite du parc national des Pyrénées :
Le parc a était créé le 23 mars 1967, il a une superficie de 45700 hectares.
Le parc s’étend sur deux vallées béarnaises (vallée d’Aspe et vallée d’Ossau) et quatre vallées des Hautes-Pyrénées (vallées d’Aure, Luz, Cauterets et Azun).
On y trouve de nombreux animaux protégés : l’ours, le vautour, le cerf, le loup et la gypaète...
Ce parc n’est pas un lieu fermé, il veut garder son activité.
Il y a environ 70 bergers qui viennent en estive sur les terres du parc, on compte ainsi 50 cabanes équipées pour la transformation fromagère dans tout le parc. Des héliportages sont assurés en début et fin de la saison d’estive. Ils permettent aux bergers de transporter tout le matériel nécessaire jusqu’à leurs cabanes. En fin de saison la production fromagère est redescendue dans les vallées par ce système.
Le parc est financé par la région Aquitaine, et aussi par l’Europe. Ce budget lui permet d’effectuer les différents travaux d’entretiens (débroussaillage, élagage,…).
Le technicien du parc qui nous a reçu, nous a aussi parlé des tensions qui sont nées avec les bergers suite aux attaques des troupeaux par les vautours.
 
Lundi 17 septembre – l’après-midi :
Rencontre de Jean-Bernard, un berger en estive.
 
Jean-bernard nous a présenté son parcourt professionnel : il a commencé à travailler comme ouvrier agricole à 14 ans chez plusieurs bergers. Les conditions de travail étaient assez difficiles : il dépendait de beaucoup d’employeurs différents et avait un planning sur 2 mois. Cela fait maintenant 11 ans qu’il est berger. Il a acquit son troupeau définitif en 1996 et possède 350 basco béarnaises. Chaque brebis produit une moyenne de 130 litres de lait par an, ce qui lui permet la fabrication de 1300 fromages de 6 kg. Cette performance est favorisée par un suivi important de son troupeau : il adhère du contrôle laitier depuis 3 ans et chaque année il insémine 30% du troupeau soit une centaine de brebis.
Son exploitation se situe à Asson où il a 21 hectares. Il n’est pas propriétaire mais il a signé un bail de 18 ans.
Chaque été il transhume du 14 juillet au 1 septembre sur les montagnes du col d’Aubisque. La transformation fromagère et l’affinage se font aussi en estive : Jean-bernard s’est équipé de son propre saloir depuis 7 ans. Nous avons été surpris par le prix qu’il paye pour pouvoir transhumer dans cet zone : 5.70 € par brebis.
Malgré le prix, la production reste satisfaisante et Jean-Bernard est plus proche de sa famille : lorsqu’il transhumait ailleurs, il devait faire trois à quatre heures de marche pour arriver jusqu’à son lieu d’estive, ce qui compliquait la venue de sa famille. Aujourd’hui, tout est plus simple car le lieu d’estive étant plus accessible.
 
Mardi 18 septembre – le matin
Visite de Jean-Christophe Bavière en estive prés du lac d’Estaing.
Installé au lycée depuis 1 ans, Jean-Christophe possède 220 brebis et 48 agnelles. Son troupeau est composé d’1/3 de têtes noires et de 2/3 de têtes rousses.
C’est la première année qu’il va à la montagne avec les brebis du lycée. Cette transhumance lui coûte 2.20€ par brebis.
Cette saison, il a produit 60 fromages de 2 kg donc 120 kg de fromage avec 70 brebis.
Il insémine ses brebis à la montagne vers le 20 juillet, ainsi l’agnelage est prévu pour fin décembre et la traite s’effectue de janvier jusqu’à fin juin.
Cette rencontre nous a permit de nous promener en montagne : nous somme allez voir son troupeau, sa cabane...
 
Mardi 18 septembre – Après midi
Rencontre d’un conteur de pays
 
Nous nous trouvions à 1200 m au lac d’Estaing. Un conteur de Pays est venu nous parler de l’abandon des estives par les bergers en évoquant deux conséquences majeures :
-         La formation de forêts de hêtres, de noisetiers puis de bouleaux, de merisiers, de frênes. Cela va entraîner un passage impraticable. Mais cette situation se relève la moins grave puisqu’il est possible de remettre en culture.
-         La végétation pousse progressivement en recouvrant tout le sol : fougères, genêts, ajoncs, genévriers. La destruction sera difficile pour une éventuelle exploitation.
D’autre part, si les bergers ne vont plus en estives dans les montagnes, cela aura un impact important sur le tourisme. Si les forêts et les végétations sauvages envahissent les montagnes, les paysages seront beaucoup moins attrayants et n’attireront plus les randonneurs.
Le rôle des brebis en haute montagne est également essentiel aux sports d’hiver : les animaux vont raser l’herbe, ce qui permettra à la neige de bien adhérer au sol et évitera les avalanches. Le ski sera ainsi praticable sans risques.
L’élevage joue donc un rôle essentiel pour le maintien du tourisme en montagne.

 

Partager cet article

Repost 0